publications contact
 
diffusion actualités voyages colloques liens
 
   

 

Kaleeriorja

Sata vuotta varmaan olen airoani temponut,
ja päiväkin on iäisyys.
Joka ilta olen valtamerta rukoillut:
lyö, sulje laiva syleilyys!

Meren pohjahietikolla laivat lukemattomat
jo levon ovat löytäneet,
mutta meitä vesivuoret yllään kantavat
ja lukkoon käyvät syvänteet.

Petolauma läähättäen kahleissansa kiemurtaa;
pedot julmemmat on irrallaan -
ruoskansiima silmilleni viuhuin lankeaa
- ja joka isku muistetaan!

Tunnenhan jo miten alla kansilaudat lahoaa,
kun suolalaineet yli lyö;
näänhän kuinka nilkassani vanne punertaa:
sen sydäntä jo ruoste syö.

Herra taivaan auringon tai herra maan ja helvetin:
taas tahdon jäädä elämään!
Sata piinavuotta kestän kyllä vieläkin,
vain että kerran aamun nään.

Le forçat

Sur ma rame, cent ans j’ai tiré
Un jour est une éternité
Et chaque soir, l’océan j’ai prié
Frappe, enferme le navire dans ton étreinte !

Au fond de la mer, épaves innombrables
Ont déjà trouvé le repos
Les vagues géantes pourtant nous soutiennent
Et se verrouillent les profondeurs

Les fauves dans leurs chaînes en haletant se débattent
Des bêtes sont libres les plus brutales -
Le fouet sur mes yeux en sifflant s’abat
- Et chaque heurt marque ma mémoire

Mais je sens déjà comme les planches du pont pourrissent
Lorsque les vagues salées s’y abattent ;
Je vois rougir le fer de mes chevilles
La rouille la dévore en son cour

Seigneur, du soleil et des cieux ou de la terre et des enfers
Une fois de plus, je souhaite rester en vie !
Je résisterais encore à cent années de supplice,
Pour pouvoir contempler une aurore.

 

 
Yrjö Jylhä (1903-1956)
 
Traductrice
Anne Le Louarn

Poète finlandais né à Tampere. Il a été fortement marqué par la" Winter War" (1939-1940). Son livre Kiirastuli (1951) illustré par Erkki Tanttu est considéré comme l'oeuvre marquante de cette période de l'histoire de la Finlande.
(voir www.kijasto.sci.fi)
 
Comment peut-on être barbare ?