publications actualités diffusion liens contact
colloques  
 
 
Affiche du colloque : Illustration de Jean-Michel Lartigaud

 

COLLOQUE INTERNATIONAL DE PARIS


Le deuxième colloque était intitulé La Fête, la rencontre du sacré et du profane et se déroula à l'Institut catholique de Paris, 6 et 7 décembre 2002.
Pré-Actes. Rites et Célébrations et Fêtes et Festivités.
Actes parus :
La Fête dans l'antiquité : la rencontre des dieux et des hommes ;
La Fête de la transgression à l'intégration.

La thématique de ce colloque se présente ainsi.
" Le mot fête dans le langage courant évoque la joie et le plaisir vécus en groupe. Shakespeare, souvent proche du populaire et grand connaisseur du cœur humain, plaçait les fêtes parmi les activités les plus élevées de la société humaine. Les fêtes nous fournissent des points de repère et la modulation des rythmes vitaux de l'individu et de la société, en harmonie avec le cycle cosmogonique et les rythmes du temps cyclique Dans le temps linéaire effectivement, elles constituent des moments privilégiés qui ponctuent le temps. Elles représentent des instants exceptionnels où l'homme, tout en échappant à sa condition et côtoyant le divin, renforce ses liens avec l'ensemble de la société. Dans une époque de standardisation et d'individualisme où le quantitatif prend le pas sur le qualitatif, le comité de rédaction des Cahiers Kubaba a voulu réfléchir sur le rôle que la fête a joué dans l'histoire et le rôle qu'elle joue aujourd'hui, à contre courant des voies que nous trace le système en place. Notre initiative a reçu déjà l'aval de nombreux chercheurs, ce qui nous a encouragé dans notre démarche. En partant des différents sujets de communication déjà proposés nous avons un vaste éventail permettant de nourrir notre réflexion sur ce thème. Ce qui encouragera sans doute tous nos amis à nous rejoindre l'année prochaine dans le cadre chaleureux et prestigieux de l'Institut catholique de Paris, pour renouveler l'aspect festif de la rencontre de l'année dernière.
La thématique de la Fête sera traitée sous un axe diachronique, c'est-à-dire depuis les temps anciens jusqu'à nos jours en parcourant diverses régions du monde. C'est dans la tension entre le sacré et le profane que l'activité festive de l'homme s'est toujours développée. Les communications se situeront donc à l'intérieur de cette dynamique et évolueront dans l'optique de ces concepts et sentiments. Depuis la Mésopotamie et l'Anatolie, où les fêtes sacrées occupaient une place déterminante dans la vie politique et étaient à la jonction du monde divin et du monde profane, en passant par l'Afrique où survit encore la pensée magique avec des éléments qu'on retrouve dans les Caraïbes et l'Amérique du sud, jusqu'à l'Europe contemporaine où nous avons le sentiment que le sens de la fête agonise, mais où il subsiste des manifestations ancestrales très vivantes qui réunissent des foules immenses et même avec des fortes réminiscences d'époque préchrétienne. Les participants au colloque nous proposent déjà un très riche et pertinent sommaire ".

 

© Association KUBABA