publications
contact  
diffusion actualités voyages colloques liens
KUBABA
 
UNE SAISON RUSSE

 

Leningrad, 1977. Une jeune étudiante française se trouve propulsée dans cette ville où se côtoient dictature et indépendance, KGB et liberté. Elle découvre peu à peu la vie soviétique, pas à pas, au milieu d'une ville qu'elle va progressivement apprendre à dompter, jusqu'à l'ultime rencontre. Cet amour, elle le vit en même temps qu'elle apprivoise la culture et la langue russes : passionnément, fougueusement.
Entre histoire d'amour et témoignage, l'auteur nous livre un roman allant au-delà des livres d'histoire. Un témoignage vivant et poignant d'un totalitarisme et d'une guerre froide que l'on ne connaît plus qu'à travers l'Histoire.

ISBN : 978-2-296-05559-9
11 €
 

Annie Tessier

Une saison russe, Paris, L’Harmattan, collection Kubaba, série « Monde moderne et contemporain », 2008, 99 pages
 

 

Vous souhaitez remonter le temps et vous rendre en Russie dans les années froides de la décennie 70 ? Alors enfilez vite votre manteau doublé et vos haussures montantes, aussi bien pour protéger votre corps que pour préserver votre âme ! Ou abîmez-vous tout simplement dans la lecture du roman réaliste et profondément touchant d’Annie Teyssier. Son titre, tel un clin d’œil ironique à la fameuse « saison » de Rimbaud, annonce déjà qu’il n’y sera pas question de vacances au « Club Med »…

L’héroïne est en effet une jeune étudiante française ayant obtenu une bourse afin de perfectionner sa onnaissance de cette langue russe si merveilleuse, dans une ville qui ne l’est pas moins, Saint-Pétersbourg…pardon, Leningrad ! Dès l’arrivée par le train, nous sommes, pourrait-on dire, mis au « parfum », celui de l’enfer pavé d’interdits quotidiens, engendré par le régime communiste, dans une ville pourtant fascinante, tout en contrastes. La jeune fille apprend à se familiariser alors avec le temps perdu pour obtenir la moindre chose, ne serait-ce qu’un simple fruit, à portée de main en France mais de larges coudées, souvent chèrement payées à cause de la corruption, en Russie -pardon, en U.R.S.S ! L’auteur sait nous faire partager les angoisses de cette courageuse héroïne, dans un milieu étudiant évoluant au gré de l’insoutenable légèreté de l’être… Les rêves de jeunes Français en quête d'authenticité et de culture croisent ceux de non moins jeunes Russes à la recherche d'un Occident "perdu", ou du moins idéalisé à l’extrême… Devenue le point de mire des agents du KGB pour avoir une relation avec un Russe -en fait « la » rencontre de sa vie !-, notre jeune étudiante suit aussi un apprentissage intensif du règne de Big Brother, s’étendant chaque fois plus inexorablement sur son parcours. Non sans rappeler parfois quelques épisodes qui pourraient se passer en France aujourd'hui, en raison d’une législation de plus en plus complexe également. C’est ainsi que son entourage s’enferme dans un silence pesant, épie le voisin avec envie, voire se transforme en délateur zélé… Néanmoins, l’auteur, riche de sa propre expérience, sait mesurer sa critique. C’est à un régime totalitaire qu’elle s’oppose, non à un peuple, qui en est la victime. Quelques fleurs, quelques évocations poétiques, notamment dans une datcha de la campagne russe, nous rappellent la splendeur et le charme de ce pays de l’Est aux richesses innombrables, depuis la simple spécialité culinaire à la beauté culturelle de ses monuments et de ses œuvres d’art. La force de ses résistants face à l’oppression de la pensée n’en demeure que plus remarquable, et est évoquée avec délicatesse, sensibilité et profondeur. Nous n’oublierons pas de sitôt le jeune homme russe racontant le triste destin de son père...

Aussi cet ouvrage est-il un témoignage concret, indispensable pour compléter une connaissance historique de ce pays. Nous ne pouvons que vivement encourager notre auteur de poursuivre l’évocation de la Russie et de son âme véritable dans un prochain roman. Peut-être serait-il possible alors de raconter les péripéties d’un Russe décidant de se rendre dans un pays de l’Ouest ! Mais ce n’est vraiment qu’une simple suggestion qui nous vient à l’esprit en refermant l’ouvrage, que l’on aurait souhaité garder ouvert plus longtemps…

 

 
 

Nous sommes à Léningrad en 1977 et l’auteur nous fait vivre le quotidien d’une jeune étudiante française confrontée à la réalité soviétique. Culture et langue russe sont l’objet du séjour et notre petite Française apprend à connaître et fréquenter les jeunes de ce pays et à adapter sa conduite aux normes rigides qui le régissent à cette époque. Ce qui n’empêche nullement les rencontres et l’amour, mais à quel prix ?

C’est une tranche de vie d’un pays qui se déroule sous nos yeux à travers l’histoire du séjour d’une jeune occidentale en Union Soviétique. Le lecteur découvre stupéfait quantité de détails sur la vie quotidienne qu’il ne soupçonnait pas en ouvrant le livre. Nombre de choses évidentes à l’Ouest ne l’étaient absolument pas à l’Est… Et nous nous ttachons très vite à l’héroïne, dont nous partageons un peu les souffrances, les déceptions, mais aussi les joies et les espoirs.Au total : un récit captivant qui nous entraîne dans un univers, que dis-je ? sur une planète inconnue, un monde qu’on espère à jamais disparu…

 
 
 
publications